Photo à la Une N° 6 - Novembre 2020
 


Edition N°6

Voici la 6 ème édition de Photo à la Une.
Je souhaitais tout d'abord remercier chaleureusement ceux qui me suivent depuis la création de mon site. Une première étape dans ma volonté de partage de mes images. En effet, avec cette période de Covid, l'expression digitale a pris d'autant plus d'importance.

Pour marquer cette 6 ème édition, je me suis inspiré du monde de la musique,cette dernière accompagnant toujours mon travail de post-traitement. Alors non ! je ne vais pas vous faire le coup des "Greatests Hits", c'est encore un peu tôt,  mais je vous propose aujourd'hui deux compilations.
Ces deux images sont des compositions de photos, pratiquement toutes présentes dans les galeries, qui pour la deuxième, est sous un format compressées.

Profitez bien !

En décembre la série "Zéro six" sera à l'honneur


Lecteur ! Si tu souhaites, toi aussi, proposer ton interprétation, ton ressenti sur une prochaine édition  "Photo à la Une" ,  envoie ta demande par mail et je te recontacterai . Saches que tu n'auras pas le choix de la photo !                    Disponibilité en mars maintenant.

 



 

 
 

Photo à la Une N° 5 - Octobre 2020
   
 
QOMIDO Marine

Bretagne 2020. Là, au radoub, tu attends ton tour. A plusieurs vous partagez certainement
vos courses récentes.
Clic clac, j'ai pris un peu de toi. Clic, clic, j'inverse les couleurs et tu révèles une autre facette de toi !
Bon voyage.   



Pour cette édition, Léonie et Ludovic C ( un couple de quadra plein d'Energies), nous propose leur  interprétation sous forme d'Haiku
Un haïku est un petit poème extrêmement bref visant à dire et célébrer l'évanescence des choses -


Une nuit lointaine
Quelque part dans l'infini. 
Trois soleils couchant.


Merci.


Lecteur ! Si tu souhaites, toi aussi, proposer ton interprétation, ton ressenti sur une prochaine édition  "Photo à la Une" ,
                envoie ta demande par mail et je te recontacterai . Saches que tu n'auras pas le choix de la photo !
                Disponibilité en février maintenant.


 
 
 


Photo à la Une N° 4 - Septembre 2020
 
Les blanches urbaines

Eclaboussée par le soleil, je t'aperçois. Pourtant tu es bien entourée, alors pourquoi toi ?  Clic, clac.
Visage clos, le dialogue s'instaure. Clic, clic, te voilà prête !

Pour ce numéro 4 de rentrée, c'est Tiphaine C ( jeune maman anglaise) qui a bien voulu partager son interprétation :
Privilège elle a choisi la photo de cette édition.

An escape route,
An opening to heaven,
A window to the soul,
A crack towards the future,
A break to freedom,
An access to escape.



Merci.


Lecteur ! Si tu souhaites, toi aussi, proposer ton interprétation, ton ressenti sur une prochaine édition  "Photo à la Une" ,
                envoie ta demande par mail et je te recontacterai . Saches que tu n'auras pas le choix de la photo !
                Disponibilité en décembre maintenant.

 
   
 
 
 

Photo à la Une N°3 Edition spéciale Juillet-Aout 2020
Bienvenue,

Pour cette édition spéciale été 2020, je vous propose un thème qui m'est cher :
ce n'est pas un grand départ, une grande navigation. Non, simplement la mer à la plage.
Pendant mon enfance, mes grands parents s'étant retirés en bord de mer, une grande partie des vacances se déroulait dans cet environnement.
De cette période, j'ai gardé une certaine attirance pour le petit monde de la plage.

Photo 1 :  Marche-mer
Des obliques, des droites, des ondulations, le début des lignes de fuites, le tout en noir et blanc,
Suivez moi, je vous emmène sur la plage.

Photo 2 :  La mer et la fille
Regarder la mer, c'est en même temps scruter l'infini immobile et regarder le mouvement permanent de près.
Regarder la mer, c'est en même temps, voir, entendre, sentir, toucher et parfois goûter. Les cinq sens en éveil.
Regarder la mer, c'est en même temps, le corps qui se relâche et l'esprit qui dérive
Enfin
Regarder la mer, c'est comme avoir une longue conversation qui fait du bien : la mère et la fille.

Photo 3 :  Le point C
Sur la plage, il est d'usage de se protéger la peau du soleil.
Le choix de la créme, de son indice, fait souvent partie du rite d'avant départ.
Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais  je rencontre toujours autant de difficulté à me mettre de la créme entre les deux omoplates.
Que ce soit par le haut ou par le bas, il y a toujours une petite surface - je la nommerai le point C - que je n'arrive pas à atteindre.
Vous aussi ?

Photo 4 :  Plouf !
Le long d'une plage, les activités sont multiples. Il en est une qui je crois est partagée par beaucoup d'entre nous.
Se baisser, ramasser une poignée de sable, galet ou autres corps solides,
et là, nous le lancons - plouf !
Souvent  à petite distance, bien inférieure à ce l'on pensait.
N'est ce pas  ?

Photo 5 :   Pas - pied
Quelques pas dans le sable, ma façon à moi de clôturer cette mini-série sur ce monde vivant de la mer à la plage
et de vous souhaiter, à tous, de profiter de bons moments.



J'aurais le plaisir de vous retouver le 1er Septembre avec - Photo à la Une N°4.

Bien à vous

 

 

Photo à la Une N°2 - Juin 2020
 
Qomido urbain

La foule passe devant toi depuis des années. Sans te voir ! Sous la pluie, la neige ou le soleil brûlant, tu restes immobile, impertubable, silencieuse. Là,  tu attends quoi ? Clic clac, je t'ai vu, moi !  Clic, clic, je t'emméne. Maintenant, ils vont te regarder et apprendre à te connaître.
Ils vont pouvoir enfin admirer ta force mais aussi la fragilté que tu dégages.


Pour ce numéro 2, c'est Juliette I. (étudiante fraichement diplomée) qui a bien voulu partager son interprétation :


Une route bien tracée, 
Perdue dans l’immensité 
Vertigineuse. 
Notre mystérieuse destinée, 
Une inconnue à apprivoiser.



Merci !
 
 
 

Photo à la Une N°1 - Mai 2020

Les blanches urbaines

Fin de matinée, je vais faire le plein de la voiture en prévision de mon retour sur Lyon. Le trajet habituel étant perturbé par des travaux, je prends un chemin inhabituel et me retrouve rue Eugène LETEVE. Face à moi, dans une courbe, ce mur de clôture fendu m'interpelle. Anodin, quelconque, invisible, est pourtant il attire mon regard. Je range la voiture sur le bas-côté. Les passagers vont patienter ! C'est l'inconvénient du photographe. Clic, clac, clic clac, les photos sont prises. Le temps pressant, je me propose de repasser seul dans l'après-midi pour aller plus loin.  He bien, non, la magie n'opère plus, la lumière a changé, l’ombre du portail vient se projeter sur le mur. Comme souvent il y aura eu un instant unique.
Décontextualisée, clic, clic, plongez-vous dans cette blanche urbaine, frêle comme un trait à la plume, puissante comme un éclair, perçant comme l'iris d'un œil, ou ... !

Pour cette première, j'ai souhaité inviter Sylvie N. qui, avec ses mots, a bien voulu laisser libre cours à sa pensée pour présenter cette photo :

" Puis frotter ses yeux
Chercher à voir comme à travers le trou d'une serrure
Pencher la tête
Fourbir la clenche des cils.
C'est blanc
Autour
Au bord.
Il y a des fissures, un visage peut-être.
Un bout de vitrail zèbre l'espace
Et demain, on ira flâner le long du fleuve."


Merci.
Retrouvez Sylvie sur https://short-edition.com/fr/auteur/lafee